22. Adelphos « frère ».

« Nous envoyâmes Timothée, notre frère, ministre de Dieu dans l’Evangile de Christ, pour vous affermir et vous exhorter au sujet de votre foi » (1 Th 3, 2).

La Crainte de Dieu nous fait voir que nous sommes tous frères et sœurs, car issus du même Père. La Crainte nous saisit lorsque nous sommes sur le point de nuire à nos frères, ce qui est un crime contre Dieu. Le Père ne veut pas voir ses enfants se déchirer entre eux. C’est bien toute la dynamique de l’histoire sainte : établir la paix au sein de la famille humaine, qui est une image de la paix qui règne au sein de la Trinité elle-même. Jésus fait de nous des frères adoptifs, nous qui sommes appelés à être des enfants adoptifs de Dieu. Le mot grec utilisé ici est adelphos, qui revient plus de trois cent fois dans le NT. Relevons quelques emplois dans des versets courts dont la fraternité est le thème principal, voir unique. Mt 12, 50 : « Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère ». Jésus nous explique comment devenir son frère, et sa famille en général. L’unité du genre humain ne peut être réalisée que dans l’accomplissement de la volonté de Dieu. Sans ce facteur unificateur, les hommes ne poursuivent que leurs volontés propres, qui les érigent inévitablement les uns contre les autres. L’idéal de la civilisation est une humanité fraternellement unie dans une grande réunion de famille autour du Père. Mt 23, 8 : « Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maitre, et vous êtes tous frères ».

Chacun peut apprendre quelque chose à l’autre et les hiérarchies dans la fraternité chrétienne ne sont pas celles du monde. Le plus jeune peut être plus sage, et le plus petit socialement le plus grand spirituellement. « Frères » désigne les chrétiens dans les Actes, comme dans Ac 11, 1 : « Les apôtres et les frères qui étaient dans la Judée apprirent que les païens avaient aussi reçu la parole de Dieu ». Ac 15, 13 : « Lorsqu’ils eurent cesse de parler, Jacques prit la parole, et dit : Hommes frères, écoutez-moi ! ». Les frères désignent les hommes qui ont reçu le baptême et commencé une nouvelle vie en Christ. Ac 15, 36: « Quelques jours s’écoulèrent, après lesquels Paul dit à Barnabas : retournons visiter les frères dans toutes les villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir en quel état ils sont ». En Rm 8, 29 (triple Crainte), Paul nous rappelle notre vocation à être les ‘petits’ frères du Seigneur: « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fut le premier-né d’entre plusieurs frères ». Joseph Ratzinger a écrit un livre sur la fraternité chrétienne[1].

[1] Joseph RATZINGER. On Christian Brotherhood. Burns and Oates Ltd, 2005.

Légende photo : The Princes Edward and Richard in the Tower, 1878