23.Theos « Dieu ».

« Quelles actions de grâces, en effet, nous pouvons rendre à Dieu à votre sujet » (1 Th 3, 9).<br />

La Crainte nous donne un premier sens de Dieu, le Dieu créateur et source de tout ce qui est. La Connaissance rajoute à cette idée de Dieu la dimension personnelle, c’est-à-dire l’idée que Dieu est un sujet qui agit et à qui l’on peut attribuer des actes et des paroles. Le mot grec que nous voulons relever ici et lier à la Connaissance est celui de theos, dieu, pour le montrer sous une nouvelle lumière que celle de la Crainte. En Mc 10, 9, on trouve cette phrase simple: « Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint ». Qui pourrait penser, sans l’aide surnaturelle du don de Connaissance, qu’il doit son union avec telle personne à Dieu lui-même ? Il est somme toute assez facile de croire au Dieu qui crée le ciel et la terre, les plantes et les animaux. Mais croire que Dieu est intervenu dans notre histoire personnelle suppose une étape supplémentaire dans notre conception de Dieu, qui lui donne un visage, puisqu’il est un acteur dans notre vie particulière. C’est le Dieu de la Connaissance. Dans ce verset, saint Paul nous montre comment penser de façon chrétienne, c’est-à-dire rapporter les grâces, mais aussi les épreuves, au Dieu personnel. Il cherche à se remémorer les bienfaits reçus, afin de les rapporter à Dieu en actions de grâce. Nous sommes dans le troisième chapitre de 1 Th, celui de la Piété.

C’est parce que Dieu est une personne qu’il peut nous parler, ce qu’un créateur impersonnel ne pourrait pas. Lc 3, 2 : « et du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert ». A la vue de la résurrection du fils unique de la veuve de Nain opérée par Jésus, la foule s’exclame : « Un grand prophète a paru parmi nous, et Dieu a visité son peuple » (Lc 7, 16). En la personne de Jésus-Christ, Dieu lui-même vient marcher parmi nous, car le Père et le Fils sont inséparables, unis dans l’Esprit. Le Dieu trinitaire est venu lors de l’Incarnation et seule la Connaissance peut faire dire cela à la foule. Dans l’Ancien Testament, Moïse, dont l’histoire est retracée dans le deuxième livre, l’Exode, est le prophète qui a vu Dieu en personne, car Dieu s’est fait connaitre à lui de façon sensible. Moïse est le prophète de la Connaissance. En Lc 20, 37, Jésus fait référence à Moise et au nom ternaire que Moise donne à Dieu : « Que les morts ressuscitent, c’est ce que Moise a fait connaitre quand, à propos du buisson, il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob ».