29. Pathos et Epithumia « passions », « désirs ».

« Sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu » (1 Th 4, 5).

Nous sommes tous d’abord des païens, et tous, nous commençons par ne pas connaitre Dieu. Cet état de fait est toujours le point de départ du mouvement de retour vers Dieu. Avec la chute, l’homme a touché le fond. En particulier, il est devenu l’esclave de ses passions et doit faire avec l’aide de Dieu, un long chemin de libération. Les convoitises nous attachent à la terre. La Crainte nous détache de la terre et réoriente nos désirs vers Dieu. Deux synonymes sont employés ici, pathos et epithumia, traduits tous les deux pas « passions », « désirs », « convoitises ». Pathos vient du verbe pascho, « souffrir », lorsque quelque chose nous arrive. Il contient une connotation de passivité. Epithumia vient de thumos, « passion, fureur, colère » et renvoie à ce qui échauffe l’homme. On peut traduire epithumia par émotions. La peur est sans doute l’émotion première de l’homme. Le don de Crainte a pour effet d’apaiser les émotions humaines en les remplaçant par cette la crainte de Dieu. Paul relie l’existence des convoitises de l’homme à l’ignorance de Dieu. Car celui qui possède la Crainte de Dieu remplace ses convoitises multiples et désordonnées par le désir de Dieu. Ce désir, sous l’effet des dons suivants, se dote d’un objet toujours mieux connu et s’épanouit en charité. 2 Tm 2, 22 : « Fuis les passions (epithumia) de la jeunesse, et recherche la justice, la foi, la charité, la paix, avec eux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur ». 1 P 1, 14 : « Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises (epithumia) que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance ».