30. Akatharsia « impureté ».

« Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification » (1 Th 4, 7).

Les esprits impurs nous rendent impurs, en venant semer leur poison dans notre esprit. Voilà la véritable impureté que Jésus nous a révélée. Elle est plus grave que l’impureté des aliments qui préoccupaient les Juifs d’alors. Tout le chapitre 23 de Matthieu est occupé à condamner les pharisiens, docteurs de la loi corrompus et faux. Ils monopolisent la connaissance qui leur a été confiée et donnent un mauvais exemple au peuple. Jésus dit d’eux qu’ils sont pleins d’impuretés, utilisant le même mot grec akatharsia que dans le verset qui nous intéresse. Mt 23, 27 : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors et qui, au-dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés ». Akarthartos est l’adjectif utilisé pour décrire les esprits impurs si présents dans le deuxième Evangile. Plus loin, nous commenterons ces onze versets de Marc car ce thème des esprits impurs est lié à la Connaissance de façon très claire. La Connaissance de Dieu vient remplacer les pensées pernicieuses et néfastes dont les esprits impurs nous polluent, comme des flèches empoisonnées. La véritable impureté est d’abord dans notre esprit, car nos pensées déterminent le cours de nos actions. L’homme doit garder la porte de son esprit et contrôler les pensées qui y entrent, sinon il court le risque d’être contrôlé par elles et d’en devenir l’automate. C’est ce qu’on appelle la possession. Jésus est venu nous délivrer de la possession des esprits impurs. Lc 9, 42 : « Comme il approchait, le démon le jeta par terre, et l’agita avec violence. Mais Jésus menaça l’esprit impur (akhartatos), guérit l’enfant, et le rendit à son père ». Voilà, en ce verset 42 de la Sagesse, c’est-à-dire de l’accomplissement, un résumé de toute l’histoire chrétienne. Jésus est notre sauveur et il nous arrache des griffes de Satan et de ses légions, ces innombrables esprits mauvais qui s’immiscent dans notre espace privé sans y être invités et cherchent à nous piloter de l’intérieur. Jésus nous rend au Père.

Le pur est ce qui vient de Dieu, l’impur est ce qui ne vient pas de Dieu et s’oppose à sa présence en nous. L’impureté est rentrée en l’homme lorsqu’il a perdu la connaissance originelle de Dieu. Le retrait de l’Esprit Saint, qui est seul moyen de connaissance véritable du Dieu Trinité, a laissé la place dans notre être aux multitudes d’esprits dont le seul objectif est de nous maintenir dans l’ignorance de Dieu. Ils cherchent à inonder notre esprit de pensées qui nous distraient la pensée de Dieu. Jésus est venu nous sauver de la prostitution de notre esprit, que l’on ouvre à tous les inconnus de passage. Ne parle-t-on pas de « viol des esprits » ? Notre esprit doit être nettoyé de toutes ces pensées impures. Nous touchons ici la réalité de l’idolâtrie, c’est-à-dire du culte des images faites de main d’homme et qui ne donnent rien en retour, car elles ne sont pas vivantes comme l’est Dieu. L’humanité doit cesser de se comporter comme Babylone, la figure de la prostituée, et ne plus accueillir en elle les mauvaises pensées qui en viennent à nous posséder. Ap 18, 2 : « Il cria d’une voix forte, disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur (akathartos), un repaire de tout oiseau impur (akarthatos) et odieux ». Au verset 21, il nous est dit que cette grande ville de Babylone (Babulon) sera « précipitée avec violence ». Cela nous rappelle la chute de l’homme consécutive à la faute originelle. L’ensemble de ceux (la « ville ») qui abritent les oiseaux impurs seront ‘précipités’ au fond de la mer et n’existeront plus (« ne seront plus trouvés »).

Légende photo : Tlazolteotl, déesse aztec de l’impureté.