32. Anistemi « ressusciter ».

« Car si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts » (1 Th 4, 14).<br />

L’Intelligence nous fait nous lever et nous tenir debout. De plié sur lui-même qu’il était, plongé dans une réflexion profonde (Piété), celui qui vient de comprendre quelque chose se redresse d’un seul coup (Intelligence) et se tend vers l’action (Force) qui découle de ce qu’il vient de comprendre. L’Intelligence nous appelle au service de Dieu et nous fait nous tenir debout, droits et prêts à recevoir nos ordres lui. Ressusciter, c’est se relever des morts, afin d’être envoyé, dans une nouvelle vie, au service de Dieu et des hommes. Les miraculés connaissent bien cela. Une nouvelle chance leur est donnée, non pour retourner à leur vie passée, mais pour offrir cette vie rendue à une cause qui les dépasse. Le verbe grec utilisé ici pour designer la résurrection du Christ, et celle qui nous attend, est anistemi, que l’on trouve dans 109 versets. Il désigne les actions de « se lever », « ressusciter », « susciter », « se révolter », « partir », « sortir », « se tenir debout »… En Lc 4, 39 (Intelligence deux fois), nous trouvons un résumé de ce en quoi consiste la résurrection: « S’étant penché sur elle, il menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. A l’instant, elle se leva (anistemi), et les servit ». Il s’agit de se lever pour servir Dieu et les hommes. Ou encore Lc 5, 25 : « Et, à l’ instant, il se leva (anistemi) en leur présence, prit le lit sur lequel il était couché, et s’en alla dans sa maison, glorifiant Dieu ». Nous sommes couchés sur le lit de notre corps, un corps marqué tôt ou tard par la faiblesse.

Mc 12, 25 : « Car, à la résurrection (anistemi) des morts, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes des maris, mais ils seront comme les anges dans les cieux ». Les anges sont les messagers de la volonté de Dieu, et on peut condidérer la hiérarchie angélique comme la première institution de l’Apostolat. Ils sont de pures intelligences qui ont la possibilité d’accepter ou de refuser les ordres de Dieu. La Tradition nous dit qu’une partie des anges s’est rebellée contre Dieu et a été jetée plus bas que terre. Les anges du ciel sont eux tous entièrement consacrés à la volonté de Dieu et ils aident le Seigneur à gouverner son royaume. A la résurrection, les hommes seront comme des anges, et l’union corporelle du mariage ne sera plus nécessaire. Nous sommes en effet dans le Chapitre 12, placé sous le signe de la Force, dont l’un des thèmes principaux est le corps et l’union des corps entre les époux, sacrement de l’amour. En Lc 10, 25, nous voyons l’action de se lever, c’est-à-dire de se tenir debout, en homme, devant le maitre, afin de se poser la question du devoir que l’Intelligence place en nous ; « Un docteur de la loi se leva (anistemi), et dit à Jésus, pour l’éprouver : Maitre, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? ». On retrouve également cette action de se lever chez le fils prodigue qui prend la résolution de retourner vers le Père, en Lc 15, 18 : « Je me lèverai, j’irai chez mon père, et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi ». On est témoin dans ce verset d’une confession du fils au père qui se prépare dans le cœur du fils. En Lc 22, 46, le verbe anistemi décrit l’acte de se lever après un sommeil (le « to rise » anglais), ici le sommeil des disciples lors de la prière de Jésus dans le jardin de Gethsémani le Jeudi Saint : « Et il leur dit : Pourquoi dormez-vous ? Levez-vous (anistemi) et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation ». Les hommes motivés par un but à accomplir ont l’air plus vivants que ceux qui n’ont pas d’objectifs particuliers, de projet à réaliser.

Ceci nous fait penser au thème du réveil dans le christianisme américain, les grands Revivals ou Awakenings du XVIIIe siècle. Ils furent de grandes vagues de prédication destinées à réveiller les églises chrétiennes des premières colonies américaines, comme Jésus cherche à réveiller ses disciples assoupis. En Jn 6, 39, Jésus nous explique on ne peut plus clairement le sens de sa mission, et donc de toute sa vie : « Or, la volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je ressuscite au dernier jour ». Le quatrième Evangile est vraiment celui de l’Intelligence, où Jésus plus qu’ailleurs nous fait entrer dans la compréhension du mystère chrétien. Il nous fait partager sa vision (chrétienne !) des choses, que seule la connaissance du dessein de Dieu peut éclairer. Le thème de la résurrection du Christ est encore mieux mis en valeur dans ce cours verset de Ac 2, 32 : « C’est ce Jésus que Dieu a ressuscité ; nous en sommes tous témoins ». Le thème du témoignage est lié à la Connaissance, car cette parole, dans le deuxième chapitre des Actes, est de Pierre, le témoin oculaire de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ, le disciple qui le premier a reçu le don de Connaissance par lequel il a reconnu et proclamé la divinité de Jésus. Lorsque Paul recouvre la vue, il se lève aussitôt et reçoit le baptême : Ac 9, 18 : « Au même instant, il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva (anistemi), et fut baptisé ».

Le thème des yeux et de la vue est celui de la Connaissance (chapitre 9). Saint Paul entre alors dans une nouvelle vie, ce qui est une image de la résurrection, et il marque cette entrée par la réception du premier sacrement. Nous pensons que les sept sacrements sont la partie du Sacerdoce qui correspond au don d’Intelligence, car ils sont tous des occasions d’ordonner sa vie à Dieu, et donc de recevoir sa puissance. Terminons ce survol rapide par ce verset des Ac 11, 28 ou un prophète annonce (Intelligence) une grande famine (Sagesse). Le prophète se lève avant de parler, comme le fait le prédicateur. C’est debout que l’homme se met pour voir l’avenir au loin: « L’un d’eux, nommé Agabus, se leva (anistemi), et annonça par l’Esprit qu’il y aurait une grande famine sur toute la terre. Elle arriva, en effet, sous Claude ». Notons au passage la mention d’un empereur romain dans ce vingt-huitième verset : nous pensons que les empires, qui cherchent à s’étendre sur toute la surface de la terre où ils s’efforcent d’y faire régner la paix, sont les institutions de l’Apostolat qui correspondent à la Sagesse, après les associations de fidèles (Force) et les royaumes (Conseil).

Légende photo : Resurrection. Piero della Francesca