6. Epistrepho « se retourner », « convertir ».

« Car on raconte à votre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis (epistrepho) à Dieu » (1 Th 1, 9).

Epistrepho signifie « se tourner », « se retourner », « revenir » et par extension, « se convertir ». La traduction de ce verset pourrait être : « comment vous êtes retournés à Dieu ». Les cinq premiers dons préparent l’homme à reprendre le chemin de retour vers le Père. Le thème de la conversion est aussi lié à la Piété, car avant de se mettre en route vers Dieu dans les œuvres extérieures, il faut d’abord se remettre en face de Dieu dans l’intimité de son cœur, par la prière. Il faut ensuite s’engager dans l’armée du Christ, ce qu’opère l’Intelligence, puis recevoir les armes qui nous permettront de résister aux attaques ennemies. Alors nous sommes prêts à prendre la route de façon véritable et à porter des fruits. Notre foi est manifestée par les œuvres que nous accomplissons au nom du Christ. Foi, manifestation et œuvres sont des thèmes liés au Conseil. La Foi-Connaissance est cachée en nous tant qu’elle n’est pas rendue visible, manifestée par nos œuvres extérieures[1]. Le chrétien doit vivre en chrétien, et c’est alors qu’il témoigne de sa foi. Le thème du chemin est l’un des principaux thèmes liés au Conseil. Le Conseil est notre guide sur le chemin de retour du Père, qui est semé d’embuches. Une fois sur ce chemin, il ne faut pas se retourner, c’est-à-dire perdre de vue l’objectif et abandonner, ce qui est une tentation permanente. Cela nous est dit dans Mc 13, 16 : « Et que celui qui sera dans les champs ne retourne (estrepho) pas en arrière pour prendre son manteau ». Le converti est celui qui s’est véritablement mis en route vers Dieu, non pas seulement dans le secret de son cœur, mais aussi par ses œuvres, comme St Paul nous le précise dans le verset 20 de Ac 26 : « A ceux de Damas d’abord, puis à Jérusalem, dans toute la Judée, et chez les païens, j’ai prêché la repentance et la conversion (epistrepho) à Dieu, avec la pratique d’œuvres dignes de la repentance ». Les chrétiens doivent être des pêcheurs d’hommes et les sauver de la noyade spirituelle. Jc 5, 20 : « Qu’il sache que celui qui ramènera (epistrepho) un pécheur de la voie ou il s’était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés ».

[1] La fête de l’Epiphanie, manifestation de la gloire du Christ, est fixée au 6 janvier.